En 2021 je peux vous confirmer que la boulangerie artisanale fonctionne comme entreprise de production et de vente locale : fournisseurs, équipements, force de travail et talent humain, clientèle, reconnaissance de notre travail, impact sur la vie du quartier, tout cela est au rendez vous .

Alors pourquoi si peu de boulangeries artisanales au CANADA ? Est ce si difficile de travailler de ses mains de nos jours, la boulangerie souffre t elle toujours de sa mauvaise image de travail physique de nuit ? NON, j’ai du mal a croire a cette explication trop simple…car le métier a beaucoup évolué, et il est beaucoup moins usant qu’avant . Tout simplement RIEN n’est fait pour le développer, les boulangers que vous voyez se sont tous faits tout seul, hors duopole agroalimentaire, et oui ils sont comme de la mauvaise herbe…: ils se propagent avec le vent et si nécessaire, poussent à l’ombre de plus haut qu’eux.

En Amérique du nord, c’est le chiffre qui fait la reconnaissance, et que représente la boulangerie a coté de la construction ou de la santé…RIEN ! aux yeux des décideurs de notre développement . Et cela ne risque pas de changer alors que Montréal risque d’être défiguré par un REM aérien. C’est pas d’en haut que viendra le salut …

Cela viendra d’une crise sociétale . Sans doute de cette crise du COVID 19, catalyseur d’une autre crise a venir, je veux dire la fin du travail humain en tant qu’outil de production, mais surtout de la fin de l’organisation ( gouvernement, syndicats, entreprises, obnl, etc…) qui s’en nourrissait

Cette crise paradoxalement peut aider au développement de la boulangerie artisanale, attirant des hommes et femmes qui trouve du sens a travailler de leurs mains pour créer des objets éphémères et naturels, tout en respectant le contrat environnemental (au sens du contrat social de Rousseau).